Développé par Thibaud DT

Exemple à suivre, le Centre hospitalier de Cholet Retour aux newsletters

img

Alors que 90% des établissements de santé ont un dossier patient électronique*, beaucoup d’entre eux peinent encore à envoyer les comptes-rendus dans un format qui peut convenir aux médecins de ville. Vous êtes nombreux à nous faire part régulièrement de votre désarroi à propos de l'usage de la messagerie sécurisée par les praticiens hospitaliers. Les bons exemples existent également. L’APICEM souhaite, par cet article, mettre en lumière le centre Hospitalier de Cholet. Pour preuve, l’établissement a enregistré une augmentation importante de ses flux de messages sortants +43% en 4 ans et + 98% de destinataires distincts sur la même période.

Entretien avec la Direction des systèmes d’information du centre hospitalier de Cholet.
M. Florian BETIL – Responsable du Système d’Information
Mme Sylvie PITON – Chargée d’applications métiers

IV : Vous êtes régulièrement cités comme le « bon exemple à suivre » par les utilisateurs d’APICRYPT ® sur votre territoire. Quelle est votre recette ?

Réponse F.BETIL et S.PITON : Il est important de dire que nous sommes utilisateurs d’APICRYPT®, en partenariat avec l’association locale AMOC, depuis 2006. Notre réseau de correspondants existe depuis longtemps et s’est étendu naturellement au fil des années.

Depuis 4 ans, nous avons considérablement équipé les services de soins du dossier patient informatisé (DPI). L’envoi par APICRYPT® y est automatisé et inclus les comptes-rendus hospitaliers et les résultats d’examens de laboratoire.
De plus, les comptes-rendus des urgences sont envoyés directement aux médecins de ville. Le passage préalable par les secrétariats a été supprimé pour gagner du temps.

Comment faites-vous pour entretenir ce réseau et, ainsi, avoir la certitude d’envoyer au bon format et au bon destinataire ?

Le CH de Cholet dispose d’une cellule « Coordination des AMA » qui vérifie individuellement les destinataires et met à jour les nouvelles inscriptions sur APICRYPT®.
Elle gère également les préférences d’envoi des destinataires en regardant dans l’annuaire ou à défaut en prenant contact avec le praticien, ce qui simplifie le travail des secrétaires dans les services.
Nous favorisons bien évidemment l’envoi par email sécurisé plutôt que l’envoi au format « papier ».
Le message est construit en HPRIM avec une pièce jointe.

Quel serait votre axe de progrès ?

Tous les services et les praticiens sont équipés et les adresses sont publiées sur l’annuaire en ligne APICRYPT.
Nous avons beaucoup augmenté les flux en imagerie médicale, mais les envois ne sont pas encore complètement automatisés. Pour le moment, le logiciel ne permet pas un envoi au format HPRIM. Le mail ne comporte qu’une pièce jointe ce qui ne correspond pas aux attentes de nos correspondants.
Nous avons conscience que c’est moins facile pour les médecins de ville, car cela ne s’intègre pas directement dans le dossier patient. Nous travaillons pour y remédier.

Centre Hospitalier de Cholet, les chiffres :
En avril 2019 :

  • 147 043 messages émis vers les utilisateurs de ville en 1 an, soit +43 % en 4 ans
  • 551 destinataires distincts, soit + 98% de plus en 4 ans
  • 19e au classement des établissements qui émettent le plus de messages sécurisés APICRYPT sur les 1 200 établissements utilisateurs de France


* Source DGOS – Les chiffres clés de l’offre de soins 2018

Retour aux newsletters